Une start-up parisienne va tester en juillet un examen où l’ordinateur remplace la feuille…

Une start-up parisienne va tester en juillet un examen où l’ordinateur remplace la feuille…

28 mai 2014
FavoriteLoadingAjouter aux favoris
  •  

Deux jeunes Parisiens ont lancé en janvier 2014 TestWe, un logiciel de copies d’examen numériques pour toutes les filières post-bac. Si les ordinateurs sont encore rares sur les tables d’examen pour des raisons de sécurité notamment, une école de commerce parisienne va tester l’invention de cette start-up en juillet.

Un logiciel pour toutes les épreuves post-bac

«Les professeurs présentent des PowerPoint, les tableaux sont devenus interactifs, des cours sont disponibles sur internet, les étudiants prennent des notes sur leur ordinateur, mais les supports d’examen sont restés dans le passé, plaide Charles Zhu, un Parisien de 26 ans qui a lancé avec Clément Régnier ce logiciel. Les deux compères espèrent convaincre toutes les écoles d’ingénieur, de commerce et les facultés françaises de faire passer leurs épreuves sur ordinateur.

Mais comment assurer que les étudiants ne pourront tricher s’ils utilisent leur ordinateur personnel? «Testwe fait de l’ordinateur une machine dédiée à l’examen, explique Charles Zhu. C’est un traitement de texte sécurisé qui bloque l’accès à tous les autres documents de l’ordinateur et à Internet.» Pour que tous les candidats commencent en même temps leur épreuve, un mot de passe est délivré par le surveillant, qui débloque la copie numérique.

Le logiciel enregistre toutes les 30 secondes le work in progress et fait une deuxième sauvegarde sur l’ordinateur de l’étudiant toutes les deux minutes. «L’étudiant peut commencer par la troisième question, remanier sa copie», argumente le cofondateur. C’est seulement quand l’étudiant a fini son examen qu’il peut soumettre sa copie, sans qu’il lui soit possible de la consulter par la suite. Un serveur centralise toutes les copies numériques. Et si le serveur plante? Un back-up permet d’imaginer que «les copies ne seront plus jamais perdues. La perte de copie papier, c’est rare mais ça arrive et c’est pénible», précise Charles Zhu.

Selon un test organisé avec des examinateurs, la correction prendrait une fois et demie moins de temps que sur une copie papier. Et le gain de temps s’applique aussi pour la transmission des copies. D’autre part, le logiciel répertorie de manière automatique les notes des copies corrigées. Adopté, il obligerait les salles d’examen à se doter de prises pour les ordinateurs, mais permettrait de faire de spectaculaires économies de papier.

«Nous avons calculé que si ce logiciel était adopté pour tous les examens post-bac, 75 feuilles par étudiant seraient économisées chaque année, explique Charles Zhu. Et une université de 40.000 étudiants consomme 15 tonnes de papier par an uniquement pour les examens.» Une perspective intéressante en cette période d’économies puisque les fondateurs assurent qu’écoles et universités pourraient économiser un tiers du coût global actuel des examens. Et le projet a déjà attiré l’attention d’un réseau d’entrepreneurs, «100 jours pour entreprendre» qui a choisi TestWe parmi les 10 lauréats du prix destiné à encourager la création d’entreprise par les 18 – 26 ans.

Source : http://www.20minutes.fr/paris/1387897-quand-la-copie-numerique-remplace-la-copie-papier-d-examen

Commentaires

commentaires