L’erreur dans l’apprentissage

L’erreur dans l’apprentissage

14 juillet 2014
FavoriteLoadingAjouter aux favoris

L’erreur dans le domaine de l’éducation et des apprentissages, fut très longtemps relié à l’idée de faute, avec tout ce qu’elle laisse entendre comme négatif, méritant punitions et réprimandes, sans toute fois prendre en considération que ses causes sont multiples. Ainsi, on peut s’interroger sur la manière la plus optimale d’utiliser l'”erreur” dans l’apprentissage et sur le rôle pédagogique qu’on doit lui attribuer.

En effet, les causes de l’erreur sont multiples. Elle peut être causée par:

  • La connaissance elle  même qui laisse orienter vers  des hypothèses et des démarches multiples, tortueuses et parfois trompeuses.
  • L’enseignant dans  ses méthodes, ses stratégies et ses formulations qui peuvent être non adaptées à la situation
  • L’enseigné lui-même qui  souffre de quelques faiblesses mentales, physiques ou autres qui peuvent être passagères ou chroniques.

Alors que de nos jours, l’erreur est plutôt considérée comme une démarche nécessaire et une stratégie d’apprentissage.

A partir  de ce concept, les situations didactiques vont être préparées et basées à la lumière du chemin pris par l’apprenant pour bâtir ou enrichir ses connaissances, avec tout ce qu’il y a de risque de tomber dans l’erreur. Elle n’est plus  considérée comme un symptôme de non-connaissance, mais plutôt une connaissance inadéquate ou une stratégie qui ne convient pas à la situation que l’apprenant a adoptée pour arriver à bâtir la connaissance correcte

Comment profiter de l’erreur dans l’apprentissage et pour l’acquisition des connaissances ?

L’erreur dans ce contexte là, n’est plus considérée comme la faute à punir ou l’obstacle à éviter coûte que coûte. Mais elle va  être plutôt vue  comme nécessaire, et considérée comme une étape normale  dans le chemin que doit suivre l’opération éducative. Elle va être le témoin qui va servir pour montrer que l’apprenant s’est amélioré après s’être trompé. Quand l’apprenant atteint la maturité d’admettre son erreur, la lucidité de comprendre pourquoi et ou il s’est trompé et l’adresse de recommencer sans y retomber de nouveau on admet qu’il a progressé.

Commentaires

commentaires