Nouvelles méthodes d’apprentissage à l’école et à l’université

Nouvelles méthodes d’apprentissage à l’école et à l’université

Par 16 février 2015
FavoriteLoadingAjouter aux favoris
  •  

Aujourd’hui l’enseignement ne se réduit plus au traditionnel cours magistral ou au monologue théorique de l’enseignant. La manière d’enseigner évolue et se révolutionne et l’utilisation de nouveaux outils et de nouvelles méthodes d’apprentissage permet la mise en place des pédagogies actives dans les écoles et les universités. Travail collaboratif, prototypage sur imprimante 3D, interaction en cours via des boîtiers électroniques ou l’utilisation des réseaux sociaux sont autant d’exemples d’innovation dans les méthodes d’apprentissage et les outils pédagogiques… L’étudiant.fr dans un article intitulé En école ou à la fac : le top 10 des nouvelles manières d’apprendre, fait un tour d’horizon de ses nouveaux outils éducatifs.

  1.    La classe inversée : travailler le cours avant de venir…en cours

Travailler le cours chez soi, avant la séance, permet de consacrer le temps en classe à approfondir certaines notions et à poser des questions. Sans être nouvelle, la méthode d’apprentissage de la pédagogie inversée connait un essor grâce aux outils numériques (vidéos, MOOC, stockage de documents sur l’ENT de l’école) qui en facilitent la mise en application : vidéos, MOOC, stockage de documents sur l’ENT de l’école. Grâce à cette méthode, les apprenants s’approprient mieux le contenu du cours à condition d’effectuer le travail nécessaire en dehors de la classe.

2.    Les Fablabs : ateliers collaboratifs de création

Les fablabs ou ateliers ouverts et collaboratifs permettent de stimuler la créativité en mettant à disposition des élèves et des étudiants un ensemble d’outils et de matériel pour créer et fabriquer des objets et mettre en œuvre de projets de fabrication participatifs. L’accès se fait dans le cadre des cours, mais aussi librement pour pouvoir mener des projets personnels.

3.    Learning lab : la salle de cours 3.0

De nouveaux espaces d’apprentissage, plus ouverts et plus modulables font aujourd’hui leur apparition dans les établissements d’enseignement. Ces « Learning labs » doivent favoriser la mise en place de nouvelles méthodes d’apprentissage via des pédagogies alternatives fondées sur l’interactivité et la créativité. Concrètement, cela se matérialise par des tables et des chaises facilement déplaçables, que l’on peut agencer pour mener des travaux en groupe et s’organiser en cercle pour lancer des discussions collectives. Certains établissements s’équipent de murs écritoires pour des séances de brainstorming et mettent à disposition de leurs étudiants des post-it électrostatiques, des tablettes et autres écrans tactiles connectés afin de susciter des échanges entre étudiants et enseignants.

4.    Des profs à portée de clics…en amphi

Les boitiers de vote électroniques permettent désormais de répondes en direct aux questions du prof. Ceci permet de savoir immédiatement si les élèves ont bien compris les notions abordées, et cela sans craindre le regard de ses camarades de classe. Outre l’intérêt pédagogique, les boitiers présentent un aspect ludique qui favorise la participation des apprenants.

5.    Design thinking

Fondée sur une approche pluridisciplinaire, cette méthode d’innovation consiste à apporter une réponse techniquement réalisable et économiquement viable aux attentes des utilisateurs. Les étudiants travaillent en équipes mixtes sur des projets qui vont de la conception d’un meuble de salle de bain pour les seniors à une caméra infrarouge pour faciliter le travail des pompiers. Leur credo : ne pas se contenter d’avoir des idées, mais les concrétiser.

6.    Des centres de simulation pour apprendre la médecine

Avant d’exercer sur de véritables patients, les étudiants en médecine ont la possibilité de s’entrainer à perfuser, intuber, réanimer un mannequin  dans de véritables centres de simulation. Une école de chirurgie propose même des formations au cours desquelles l’apprentissage se fait sur des simulateurs informatiques, mais aussi sur des cadavres humains et des cochons vivants.

7.    Télé présence, suivre des cours en étant physiquement absent

Les salles de télé présence immersives permettent de suivre les cours d’un enseignant situé dans une autre ville, voire même dans un autre continent, tout en ayant l’impression d’être assis juste en face de lui. Cet espace est généralement  équipé d’outils de partage de documents en direct, d’interfaces tactiles, couplés à une sonorisation spatialisée et des images haute définition. Un robot de télé présence  permet même aujourd’hui, à des élèves hospitalisés de suivre leur scolarité presque normalement

8.    Incitation au Tweet

  Les réseaux sociaux permettent aujourd’hui des usages pédagogiques et de plus en plus d’enseignants du secondaire et du supérieur expérimentent désormais Twitter en classe. Pouir

9.    Le Smartphone devient un outil scientifique

Le téléphone peut parfois s’avérer être un laboratoire de poche. Dotés d’un accéléromètre, d’un magnétomètre, d’un gyroscope, de caméras et d’un micro, les Smartphones peuvent être utilisés comme outils de mesure scientifique.

10.    Les « buzz groupes » des amphis.

Désormais, un cours en amphi ne signifie plus forcément écouter le prof qui délivre son savoir du haut de son estrade. Pour rendre les séances plus interactives, certains enseignants font travailler les étudiants en petits groupes sur une question précise, à charge pour un rapporteur de présenter la synthèse à l’ensemble de l’amphi. À partir de la restitution de ces « buzz groupes » peut alors s’élaborer une discussion collective.

 

Retrouvez l’article complet sur les nouvelles méthodes d’apprentissage sur le site de l’Etudiant.fr : lien

 

 

Commentaires

commentaires