Orientation stratégiques de la réforme de l’éducation en Tunisie

Orientation stratégiques de la réforme de l’éducation en Tunisie

Par 6 juin 2016
FavoriteLoadingAjouter aux favoris
  •  

A la mi-mai 2016, le ministère de l’éducation a publié « le  livre blanc : Projet de réforme du système éducatif en Tunisie » ,  avec le slogan suivant : « Pour une école tunisienne équitable, hautement performante qui forme le citoyen et relève la  patrie ».  

Hédi Bouhouch & Mongi Akrout, inspecteurs généraux retraités Tunis, ont réalisé un travail d’analyse et de commentaire de ce Livre Blanc, dont nous vous présentons ici la troisième partie qui traite des orientations de la réforme de l’éducation en Tunisie. 

La partie sur les orientations stratégiques se subdivise en trois sous-parties : la première présente la vision et les principes  généraux, la deuxième décrit la mission de l’école  et la troisième est consacrée au profil de l’élève à la sortie de l’école.

 

Vision et principes d’une réforme de l’éducation en Tunisie

Le Livre Blanc a fixé huit principes généraux

  • L’éducation en Tunisie : une priorité nationale à la charge de l’état
  • L’enseignement public est gratuit, y compris l’enseignement préscolaire
  • Obligation de l’enseignement jusqu’à l’âge de 16 ans
  • Un enseignement de grande qualité unifié qui tient compte des différences individuelles
  • L’éducation au service du développement durable
  • Une école qui respecte la dignité de l’élève
  • La neutralité de l’école.

 

 
La mission de l’école tunisienne

Le Livre Blanc a défini 12 fonctions d’ordre général  qu’on peut résumer ainsi : 

L’école doit respecter  les droits de l’enfant dans leur globalité et offrir les mêmes chances à tous les apprenants. Elle se doit  préparer les élèves à la vie et au travail et assurer leur développement global.

Elle  doit assurer l’éducation aux droits de l’Homme et aux valeurs de la citoyenneté, individualiser l’apprentissage selon les besoins et les spécificités individuelles, développer le sentiment d’appartenance et le savoir vivre ensemble dans l’environnement scolaire, offrir les services de soutien ( transport, cantine,..), s’ouvrir sur son environnement et préparer les ressources humaines nécessaires qualifiées et compétents.

La nouvelle réforme de l’éducation en Tunisie, conçoit une nouvelle école  avec « un espace nouveau , de nouvelles ressources humaines, de nouveaux contenus et de nouvelles méthodes pédagogiques et de nouveaux moyens de gestion » pour assurer «  un enseignement de haute qualité qui tient compte des spécificités et des besoins individuels….

Et le Livre Blanc de conclure que  

Cela  est possible  et à la portée si  l’on remplit les 5 conditions suivantes : de grands professionnels de l’éducation, centrer les apprentissage sur le développement de la personnalité, faire de la culture des droits de l’Homme une valeur commune et partagée, créer un climat scolaire sain, développer la vie scolaire.

 

Le profil de l’élève à la sortie de l’école

Le Livre Blanc attend de la nouvelle école qu’il préconise qu’elle forme un élève :

  • Ancré dans ses racines arabo-musulmanes et ouvert aux valeurs universelles.

  • Citoyen libre imbu des valeurs et des principes de la Constitution tunisienne.

  • Entreprenant, créateur .

  • Avec une personnalité équilibrée.

  • Maîtrisant les compétences du 21ème siècle ( auto-apprentissage, communiquer, compétences professionnelles…).

  • Communique positivement avec son environnement.

 

Note des auteurs

Cette vision reprend en grande partie la littérature  de la réforme de 2002 et la loi de 2002 au niveau de la mission de l’école et du profil de l’élève en changeant les mots et l’ordre, si l’on excepte deux points : la gratuité de l’enseignement préscolaire et la neutralité de l’école d’autre part.

Il nous semble que l’école voulue est une école  de « la cité idéale » de Platon qui va former l’homme parfait , mais pour cela, le livre blanc propose de remplacer les bâtiments actuels, de remplacer le personnel par un nouvelle équipe de professionnels, de changer de méthodes pédagogique et de moyens. Cela est-il possible et à la portée comme l’affirme le livre blanc, il nous semble que cela relève de l’utopie .

 

 

Commentaires

commentaires