Réforme du système éducatif en Tunisie : programmes et projets

Réforme du système éducatif en Tunisie : programmes et projets

Par 6 juin 2016
FavoriteLoadingAjouter aux favoris
  •  

A la mi-mai 2016, le ministère de l’éducation a publié « le  livre blanc : Projet de réforme du système éducatif en Tunisie » ,  avec le slogan suivant : « Pour une école tunisienne équitable, hautement performante qui forme le citoyen et relève la  patrie ».    

Hédi Bouhouch & Mongi Akrout, inspecteurs généraux retraités Tunis, ont réalisé un travail d’analyse et de commentaire de ce Livre Blanc. Dans cette quatrième partie, nous explorons les programmes et les projets qui devront réaliser la réforme du système éducatif en Tunisie.

Cette dernière partie du livre présente les programmes et les projets de la réforme, il s’agit  d’une transcription des visions et des conceptions développées dans les parties précédentes du livre  en « actions réalisables et prêtes à être exécuter », conçues en symbiose avec les programmes déjà présentés dans le plan stratégique pour l’éducation en Tunisie 2016-202.

 

Cette quatrième partie est présentée sous la forme de tables et de tableaux qui présentent des objectifs stratégiques ( 9 OS, voir tableau ci-dessous) qui sont  déclinés en objectifs généraux, lesquels sont subdivisés en objectifs spécifiques ou opérationnels

Les tableaux de spécifications des objectifs sont suivis par des tables qui énumèrent les mesures prévues pour réaliser chacun de ces objectifs avec les délais de réalisation (sans cependant spécification de la partie responsable de l’exécution et du suivi).

Pour simplifier la présentation, nous avons opté pour un tableau qui va nous aider à dégager l’importance de chacun des neufs objectifs stratégiques ( OS) de la prochaine réforme. 

 

Objectifs stratégiques Objectifs généraux Objectifs spécifiques Mesures
Principe d’équité et d’égalité des chances 3 14 38
Révision de la carte scolaire 2 6 18
Développer les compétences des ressources humaines 2 9 28
Développer les acquis des élèves et la qualité de leurs apprentissages 3 17 54
Développer la vie scolaire 4 12 34
Restructurer le deuxième cycle de l’enseignement de base et l’enseignement secondaire 2 7 18
Contrer l’échec et  l’abandon scolaire  3 6 29
Développer les TIC dans l’enseignement et l’apprentissage 2 9 56
La Gouvernance 4 20 88
TOTAL 25 100 363

 

La lecture du tableau précédent nous aide à cerner à les caractéristiques de la  prochaine réforme, c’est ainsi que :

La listes des OS nous dévoile les questions qui vont constituées les principaux axes de la nouvelle réforme  ; certains d’entre eux  se rapportent aux principes comme les objectifs relatifs à l’équité (l’égalité des chances, la lutte contre l’échec, la qualité  des apprentissages et la gouvernance) d’autres sont d’ordre technique et méthodologique comme les objectifs relatifs à la carte scolaire et la mise à niveau des ressources humaines et les nouvelles technologies, un troisième groupe est d’ordre organisationnel comme la vie scolaire et la structure de l’enseignement.

La vie scolaire et l’équité viennent en tête des questions que la réforme tient à traiter par le nombre d’objectifs généraux qui leur sont réservés.

Que les axes de la gouvernance, du développement des acquis des élèves et l’amélioration de la qualité de leurs apprentissages et la réalisation du principe de l’équité sont les questions qui polarisent le plus grand nombre d’objectifs spécifiques (respectivement 20, 17, 14), ce qui traduit l’importance de leur place dans la prochaine réforme scolaire.

En croisant  les données précédentes , on peut conclure que les axes de la gouvernance, l’équité ,la vie scolaire, et les acquis des élèves sont les quatre principaux chantiers de la prochaine réforme du point de vue statistique, et il nous semble qu’il s’agit des grandes priorités de la réforme.

 

Note des auteurs

Le livre blanc a cherché à tout couvrir par les objectifs stratégiques qu’il s’est fixé  pour la réforme de l’éducation en Tunisie et à englober  tous  les domaines ( pédagogie, organisation, administration , finance ), ce qui est une bonne chose au moins sur le plan méthodologique et théorique. Cependant, l’énormité de la tâche va laisser les responsables de la réforme devant un défi de planning, surtout que la première année du plan quinquennal touche à sa fin et  le financement est déjà entamé.

 

Les mesures pour réaliser la réforme du système éducatif en Tunisie

Le livre blanc a arrêté 363 mesures ou procédures pour réaliser les objectifs de la réforme, les questions de la gouvernance, des TIC, des acquis des élèves et de la qualité des apprentissages polarisent le gros des mesures (respectivement 88 , 56 et  54  mesures), en passant en revue la liste des mesures, nous pouvons tirer  les enseignements suivants.

On constate l’existence de nouvelles mesures très importantes qui concernent les apprenants comme :

La mesure qui concerne l’enseignement préscolaire qui sera obligatoire et gratuit, cette mesure sera accompagnée par d’autres mesures (préparation d’un programme unifié, mise en place d’un système de suivi, confection de matériel didactique adapté…), cette mesure entre dans le cadre de la lutte contre l’inégalité des chances et l’échec scolaire précoce lit-on dans le livre blanc.

L’amélioration du système d’évaluation des apprentissages par :

  • Le rétablissement de l’examen  national obligatoire pour tous les élèves à la fin de la neuvième année de base avec deux fonctions: la certification et l’orientation.

  • L’institution d’évaluations nationales non certifiantes ( à but diagnostic et formatif) à la fin de la 4ème année  et à la fin de la 8ème année de l’enseignement de base et des évaluations nationales selon les normes internationales dans les apprentissages stratégiques (entendre les matières de base) et en technologie.

  • L’institution d’un nouveau système d’évaluation (p 133), avec une évaluation diagnostic au début de l’année et le développement des pratiques des autres types d’évaluation en cours et enfin d’apprentissage (évaluation formative et évaluation sommative et évaluation certifiante).

 

Note des auteurs

Le rétablissement de l’évaluation obligatoire à la fin de l’enseignement de base avec pour objectif la certification et l’orientation est une bonne mesure, le système a beaucoup souffert  suite à sa suppression  en 2001.

Au  sujet des autres évaluations nationales non certifiantes,  en 4ème   et en 8ème, il s’agit en fait d’une reprise d’une décision qui remonte à l’année 2002 ( art 60 de la loi d’orientation de l’éducation et de l’enseignement secondaire de 2002). Il est vrai qu’un grand nombre de pays programment ce type d’évaluation au niveau de la 4ème année de l’enseignement de base ( année qui se situe à mi-parcours ), alors que d’autres  pays  placent cette évaluation en 8ème année, mais ces pays n’ont pas une évaluation certifiante obligatoire en 9ème. Or comme la réforme a prévu cette évaluation, il serait plus pertinent de déplacer l’évaluation non certifiante en 7ème, ou même en 6ème dans  le cas où l’idée de rétablir l’examen de sixième n’est plus à l’ordre du jour.

De nouvelles mesures très importantes qui intéressent l’institution, le cadre de direction et le cadre enseignant, comme

  • La préparation d’un référentiel national pour le statut des institutions scolaires.

  • La révision du régime disciplinaire scolaire.

  • La mise en place d’un plan pour le développement de l’école  numérique.

  • La conception d’un référentiel professionnel pour les directeurs des établissements qui doit prévoir  une formation avant l’entrée en exercice.

  • La mise  en place d’une formation professionnelle pour tous les enseignants avant l’entrée en fonction. il s’agit aussi de lier leur promotion à la formation continue  et celle du cadre administratif à la production de recherche.

 

Note des auteurs :

Il semble que le livre blanc a opté  ici pour la même démarche de la globalité qui veut tout intégrer, comme cela a été fait dans le choix des Objectifs stratégiques. Il en résulte une reprise de mesures déjà programmées, mais jamais mises en application, dans les plans précédents, comme celui de l’école de Demain de 2002, ou l’ ancienne loi  d’orientation de 2002, ou encore le décret relatif à la vie scolaire de 2004 et bien d’autres documents ( référentiel professionnel  des directeurs des établissements …), nous espérons que la prochaine réforme réussisse à faire ce que les réformes précédentes n’ont pu faire, ce qui ne manquerait pas de changer dans le bon sens le climat scolaire et le rendement du système éducatif.

 
Le coût estimatif de la réforme du système éducatif tunisien

La dernière  partie du livre blanc traite du coût estimatif  de la réforme, la lecture des chiffres avancés nous amène à tirer deux conclusions :

La première indique que deux domaines vont à eux seuls engloutir presque 40% du budget : les TIC  (23 %) et la restructuration du deuxième cycle de l’enseignement de base et de l’enseignement secondaire (16 %).

La deuxième concerne le déficit attendu et l’incapacité des ressources de l’état à répondre aux besoins de la future réforme, le Livre Blanc propose de s’associer avec le secteur privé et de s’ouvrir aux associations et aux organisations nationales pour mobiliser les fonds nécessaires.

 

 

 

 

 

Commentaires

commentaires