Tunisie: Enfance maltraitée – Non à l’éducation au bâton !

Tunisie: Enfance maltraitée – Non à l’éducation au bâton !

18 mars 2014
FavoriteLoadingAjouter aux favoris

Selon le rapport annuel de l’UNICEF (pour l’année 2012) sur la situation des enfants en Tunisie, 94% des enfants âgés de 2 à 14 ans déclarent subir diverses formes de violence (agressions, agressivité, abus sexuels, exploitation économique, privation préméditée des droits les plus élémentaires), et sont considérés de fait comme des victimes. La maltraitance des enfants se produit aussi bien dans le milieu familial que dans celui extra-familial (et plus particulièrement scolaire). Elle est générée aussi bien par des adultes proches de la victime ou ayant sur lui une certaine autorité, que par d’autres mineurs plus âgés que lui.

Cette violence est de plus en plus accrue et visible, alors même que les différents gouvernements qui se sont succédés aux affaires (avant et après la révolution) ont mis en place des programmes politiques pour protéger les enfants. Ce article publié » sur le site du journal La Presse, le 13 Mars 2014 montre que l’écart entre les objectifs des pouvoirs publics et les résultats constatés en pratique est vertigineux.

Enfance maltraitée, Non à l’éducation au bâton !

«  94 % des enfants âgés de 2 à 14 ans déclarent subir diverses formes de violence

Leur souffrance, ils l’expriment souvent par des pleurs que les adultes implacables qualifient d’enfantillage. Fixant leurs agresseurs d’un regard réprobateur et lésé,les enfants victimes de  maltraitance gîtent dans les foyers tunisiens, le cœur brisé. Impuissants face à la cruauté des adultes, ils  ignorent leurs droits et jusqu’aux moyens leur permettant de  tirer la sonnette d’alarme, de dénoncer le mal qu’on leur inflige et d’appeler au secours. Il faut dire qu’en dépit de la ratification, en 1991, de la Convention des droits de l’enfant,  la création du Code de la protection de l’enfance en 1995 et malgré toute une politique pro-infantile, établie et renforcée par les gouvernements qui se sont succédé au pouvoir, l’écart entre le théorique et le pratique reste démesuré. Aujourd’hui encore, l’atteinte au droit de l’enfant à la protection et à l’intégrité est perpétrée au vu et au su de monsieur Tout-le-monde : agression, agressivité, abus sexuels, exploitation économique, privation préméditée des droits les plus élémentaires, l’enfant subit autant de sévices physiques que  psychologiques. Selon le rapport annuel de l’Unicef sur la situation des enfants en Tunisie pour l’année 2012, la maltraitance des enfants se produit tant dans le milieu familial que celui extra-familial… »

Retrouvez le reste de cet article sur le site Lapresse : Enfance maltraitée, Non à l’éducation au bâton !

Commentaires

commentaires