Apprentissage contextuel : subir et créer le contexte.

Apprentissage contextuel : subir et créer le contexte.

Par 16 juin 2016
FavoriteLoadingAjouter aux favoris

Quatrième volet de notre série sur les innovations pédagogiques pour 2016, nous nous intéressons cette fois-ci à l’apprentissage contextuel. En effet, l’interprétation des informations selon leur contexte (où, quand, comment, pourquoi, qui…) et leur mise en relation avec nos connaissances, permet de comprendre leur pertinence et leur signification.

Pour illustrer ce concept, en classe le contexte est limité en termes d’espace, de durée, d’environnement…alors qu’en sortant de ce cadre, il est possible d’apprendre dans un contexte enrichi, comme peut l’être la visite d’un site archéologique, la découverte d’une usine, voire même l’immersion dans la lecture d’un livre.  

De même, il est possible de créer un contexte d’apprentissage particulier en interagissant avec notre environnement, en discutant avec d’autres apprenants, en explorant le monde, ou tout simplement en utilisant des mesures et des indicateurs.  

De ce fait, concevoir des environnements efficaces pour l’apprentissage, que ce soit une salle de classe, une organisation ou un site web, requiert une compréhension approfondie de la manière dont le contexte façonne et est façonné par le processus d’apprentissage.

En collaboration avec les chercheurs du Centre pour les Technologies dans l’enseignement (SRI International), le laboratoire de l’Institut des Technologies de l’Education de l’Open University a analysé diverses formes d’enseignement, d’apprentissage et d’évaluation pour guider les enseignants et les responsables pédagogiques vers plus d’innovation.    

A partir du 4ème rapport sur l’innovation pédagogique réalisé par l’ « Open University », Edupronet vous propose d’explorer  10 tendances d’apprentissage en cours d’utilisation et qui impactent de manière importante l’éducation.

 

De l’éducation « universelle » vers l’apprentissage contextuel

Le contexte représente la manière dont nous donnons du sens à l’expérience en distinguant ce qui est pertinent de ce qui est sans importance. Par exemple, lorsque nous lisons un livre, le sens de chaque mot et de chaque phrase est définit non seulement par ses propres caractéristiques, mais aussi par sa localisation par rapport aux autres mots ou phrases, ou par rapport à des illustrations.  

Jusqu’à récemment, l’éducation été organisée pour minimiser les effets du contexte sur l’apprentissage, de sorte que les élèves pouvaient acquérir des connaissances universelles et passer des tests quel que soit le lieu, l’heure ou l’environnement…

Pourtant, de nombreuses professions, comme la médecine, l’art ou l’ingénierie…exigent des connaissances et compétences générales, pour être appliquées dans des contextes spécifiques. De nombreux métiers ont besoin de connaissances pratiques qui doivent être construites pour de nombreuses situations différentes. Ainsi, une compréhension de la manière dont le contexte peut influencer l’apprentissage est essentielle pour innover en pédagogie.

 
Apprendre dans un contexte et apprendre en créant le contexte

Considérons un groupe d’amis devant une peinture dans une galerie d’art. Ils se situent dans un contexte spécifique, composé des peintures, de la galerie, des amis et des autres personnes présentes. En même temps, ils créent également un contexte, en agissant de manière commune et en engageant des conversations, en se rapprochant pour admirer la peinture, en discutant avec l’artiste et en comparant les tableaux avec d’autres vus auparavant. Ainsi, le contexte est quelque chose dans lequel nous sommes plongés et quelque chose que nous créons.  

La même chose se vérifie lors de la lecture d’un livre : nous sommes simultanément sur un mot spécifique à une page donnée et nous créons une signification contextuelle du mot, basée sur notre connaissance de la langue et de la littérature.  

Cette double nature du contexte, comme quelque chose qui est à la fois subi et créé par les activités mises en place, pose problème aux enseignants à tous les niveaux. Enseigner aux jeunes enfants, implique de leur offrir la possibilité de créer des situations d’exploration et de jeu, tout en les protégeant d’un environnement, à externe à la classe ou en ligne, qui pourrait s’avérer dangereux.

Au niveau universitaire, doit-on immerger les étudiants en géologie, archéologie et sciences dans un contexte authentique en les impliquant dans des expérimentations sur le terrain, avec les risques et les dangers que cela peut comporter ? Ou doit-on leur fournir une expérience se rapprochant du terrain avec simulation des données ?  

La réalité augmentée, la réalité virtuelle et la modélisation sont des outils qui peuvent fournir aux étudiants l’expérience de visualisation et les placer dans un cadre d’utilisation de données réelles. Ces technologies permettent une meilleure approche et un contrôle renforcé des enseignants sur les situations d’apprentissage, mais ne remplacent pas les expérimentations scientifiques réelles, ou le travail sur terrain, qui peut s’avérer parfois très coûteux et difficile d’accès.

 

Les technologies pour créé des contextes d’apprentissage.

Les nouvelles technologies offrent d’immenses possibilités de développer des contextes d’apprentissage très riches. Certaines applications de géolocalisation, coupellées à de l’audio, du texte et de l’image peuvent servir de guides de poche dans un musée et conter les histoires relatives aux objets et aux peintures qu’on y découvre.  

L’application open source ARIS, offre un ensemble d’outils pour créer et produire des jeux basés sur la localisation, tels que des chasses au trésor, des reconstitutions historiques des événements…Par exemple, un étudiant a  récréé l’Université du Wisconsi, telle qu’elle était dans les années 60 et propose aux joueurs d’endosser le rôle du journaliste qui se déplace dans le campus, assiste à quelques événements (photos et vidéos à l’appui) et conduit des interviews avec des participants.  

 
Le Contexte en éducation

Pour les jeunes enfants, l’apprentissage est lié à un contexte déterminé par le temps, le lieu, les personnes et les objets de leur environnement, de sorte qu’ils vivent dans le présent. A mesure qu’ils grandissent, les enfants sont de plus en plus capables de créer un contexte en appliquant des connaissances générales à une situation donnée. Que ce soit pour les enfants ou pour les adultes, ce processus peut être soutenu par des outils qui permettent d’adapter les connaissances au contexte ou pour extraire des connaissances générales à travers différents contextes.  

Il existe ainsi différents types d’apprentissage contextuel. Parmi ceux-ci on peut citer : la géo-apprentissage, l’apprentissage continu, l’apprentissage événementiel (en situation), l’apprentissage par la foule…Le point commun étant que l’apprentissage est corrélé à un contexte localisé et compris.  

En tant qu’approche pédagogique pour l’éducation, l’apprentissage contextuel implique qu’il faut aider les élèves à apprendre du monde qui les entoure et de leur faire comprendre que les concepts scientifiques et sociaux sont très liés à leur quotidien.  

Il n’est généralement pas facile de prendre ce qui est appris dans un cadre et de l’appliquer dans un autre. Les mots et les idées varient en fonction d’un contexte. Par exemple le mot « amende » n’aura pas la même signification s’il est utilisé par un juge, ou s’il exprime un sentiment. De même les idées et les activités doivent être réinterprétées d’un contexte à un autre et les données collectées dans des lieux spécifiques doivent être vérifiées ou modifiées avant de pouvoir être généralisées.

 

En résumé, l’apprentissage contextuel est un moyen efficace pour comprendre les lieux et les événements et pour connecter les connaissances générales à la vie quotidienne. Cependant il requiert quelques compétences dans l’interprétation de mots, de concepts et de données, localisés et spécifiques à une situation. 

 

Commentaires

commentaires