La dysorthographie : un trouble d’apprentissage à démystifier

La dysorthographie : un trouble d’apprentissage à démystifier

25 mars 2014
FavoriteLoadingAjouter aux favoris
  •  

La dysorthographie est un trouble persistant de l’acquisition et de la maîtrise de l’orthographe. Il affecte principalement l’apprentissage et l’automatisation de la correspondance phonème-graphème (correspondance de l’unité sonore à son unité écrite) ainsi que la capacité à se représenter visuellement l’orthographe des mots. Ce trouble d’apprentissage engendre fréquemment des omissions (« fagile » pour fragile), des inversions (« fargile » pour fragile) et des substitutions de lettres et/ou de syllabes (« vragile » pour fragile) dans les mots écrits.

De façon générale, les troubles de l’orthographe sont souvent plus sévères, mais surtout persistent plus longtemps que les difficultés en lecture. Néanmoins, un enfant peut être affecté d’un trouble spécifique de l’orthographe sans qu’il n’y ait de trouble de la lecture.

Le plus souvent, ce trouble touche des enfants également atteints de dyslexie. La dysorthographie peut subsister seule, mais c’est rare. On évalue qu’entre 3 % et 5 % des enfants de 10 ans sont dysorthographiques.

Cet article paru sur le site Moietcie, explique les causes et les conséquences de ce trouble sur les enfants et présente les méthodes et ressources pour y faire face : qui est touché ? Quels sont les impacts de la dysorthographie sur la scolarité ?, comment aider l’enfant à l’école et à la maison, et aussi quelles sont les ressources disponibles ?

La dysorthographie : un trouble d’apprentissage à démystifier

« Votre enfant ajoute des lettres et des syllabes à l’intérieur des mots qu’il écrit? Il a tendance à inverser des lettres ou à orthographier des mots de trois ou quatre façons différentes? Il est peut-être dysorthographique. Voici tout ce qu’il faut savoir sur ce trouble d’apprentissage.

Qu’est-ce que la dysorthographie?
Il s’agit d’un trouble persistant de l’acquisition et de la maîtrise de l’orthographe. L’enfant dysorthographique éprouve beaucoup de difficulté à respecter la grammaire ou à faire des constructions de phrases logiques. Pour parvenir à s’exprimer correctement, il préfère utiliser la parole ou le dessin plutôt que l’écriture.

Quelles sont les principales manifestations?
L’enfant n’utilise pas la bonne lettre ou le bon groupe de lettres pour représenter un son. Il a tendance à substituer certaines lettres à d’autres (ex.: f/v, t/d); il omet, ajoute ou déplace des lettres dans le mot (ex.: il écrit abre pour arbre); il colle des mots ensemble ou les coupe de façon inappropriée; ou il écrit au son de façon systématique… »

Retrouvez le reste de cet article sur le site Moietcie : La dysorthographie : un trouble d’apprentissage à démystifier

Commentaires

commentaires