Le « trou dans le mur » ou la puissance de l’auto-apprentissage

Par 24 juillet 2015
FavoriteLoadingAjouter aux favoris
  •  

Enseigner différemment, c’est souvent repenser la relation professeur/élève et donc par conséquent le rôle de l’enseignant. Souvent les nouvelles technologies permettent de redéfinir ce rôle et de mettre en place de nouvelles approches. Parfois, ce n’est pas ce à quoi on pourrait s’attendre…  

Sugata Mitra est un chercheur indien diplômé du MIT. Très sensible aux différentes inégalités extrêmes qui touchent son pays, notamment dans le domaine de l’éducation et des technologies connectées il entreprend en 1999 une expérience pédagogique d’auto-apprentissage qui le rendra célèbre.

Son bureau jouxtant un bidonville, il casse l’un des murs pour y installer un ordinateur vers le monde extérieur. Le « trou dans le mur » est né. L’appareil, branché à internet, est disponible en libre accès pour les enfants du quartier, sans aucune explication ni information. En 8 heures, des enfants qui ne parlent pas un mot d’anglais, surfent sur internet et apprennent à leurs camarades à le faire ! 

Face au scepticisme de certains, qui soupçonnent une aide extérieur, le chercheur tente la même expérience dans un village reculé de l’Inde. Il obtient le même résultat. Pour comprendre ce phénomène, Mitra part à la rencontre des jeunes apprentis.  

C’était la première fois, en tant que professeur, que j’entendais l’expression « comprendre soi-même »

Le concept de « Minimally Invasive Education » est né. Ceci peut se traduire par « Education avec intervention extérieur réduite au minimum ». Dans tout le pays, la même expérience aboutit aux mêmes résultats.

 

 

Les résultats sont même amplifiés en présence d’un adulte qui ne connait rien au sujet et se contente de féliciter les enfants pour leurs progrès. En quelques semaines, ce dispositif permet à des enfants n’ayant aucune notion du processus de reproduction de l’ADN, d’obtenir 50% de bonnes réponses à un test sur la question. C’est le même score que celui des élèves fréquentant l’école traditionnelle. Pour Mitra, l’encouragement est la clé ! le Self-Organized Learning compte désormais des adeptes sur les cinq continents…  

 

 

 

De nombreux spécialistes de la pédagogie tentent des expériences de ce type au quotidien partout dans le monde. Sans véritable modèle économique et sans que leur intégration dans les systèmes éducatifs traditionnels ne soit à l’ordre du jour…

 

Pour aller plus loin :

Initiation à la pédagogie différenciée

Commentaires

commentaires