Classe inversée : comment motiver les élèves ?

Classe inversée : comment motiver les élèves ?

Par 27 février 2016
FavoriteLoadingAjouter aux favoris

La question qui revient fréquemment quant on parle de classe inversée est « comment motiver les élèves pour faire sérieusement le travail  à la maison et venir en cours préparés ? ». Cette interrogation ne représente pas vraiment une nouveauté pour les enseignants, qui même sans inverser leur classe,  se demandent toujours comment faire pour inciter leurs élèves à faire leurs devoirs à la maison. 

néanmoins, la mise en place de la classe inversée rend essentielle la résolution de cette question, étant donné que ce modèle d’apprentissage repose principalement sur la préparation du cours en dehors de la classe. Le modèle inversé met l’accent sur l’importance du travail préparatoire, de sorte que le temps effectif en classe est consacré à l’exploration de niveaux d’application et d’analyse plus poussés. Si les élèves ne sont pas préparés, cela engendre une frustration pour l’enseignant et un surplus de difficultés pour les élèves, ce qui rend l’apprentissage inefficace.

 

inverser la classe

 Crédit image : une expérimentation de classe inversée 

Entendons nous d’abord sur la définition de la notion de classe inversée. Lorsque la question est posée à différents enseignants, chacun a sa propre description. Il existe ainsi différentes variations et interprétations de ce que signifie réellement « inverser la classe » et qui ne se résume pas à l’utilisation de vidéos comme outil pédagogique. Une définition appropriée pourrait être que “dans un modèle de classe inversée, les enseignants se concentrent sur les apprenants en les impliquant dans le processus d’enseignement” (on parlera alors de pédagogie active). Dans une telle approche, le travail préparatoire à faire en dehors de la classe (soit à la maison, à la bibliothèque ou dans un parc…) mobilise les niveaux inférieurs de la taxonomie de Bloom (connaissance, compréhension), alors que le travail en classe se concentre sur les niveaux supérieurs (application, analyse, synthèse).

Il s’agit ainsi d’encourager les enseignants à intégrer des stratégies d’apprentissage actif pour impliquer les apprenants dans le processus d’application, de synthèse et d’analyse et pour renforcer leurs connaissances pendant les heures de classe. Ainsi, les élèves ayant pris connaissance des fondements d’une leçon avant le cours, ils consacrent le temps passé en classe avec leurs pairs et l’enseignant à explorer des niveaux plus élevés de l’analyse critique et de la synthèse des informations.

Voici comment, en mettant en place des activités simples et en suivant quelques règles, l’enseignant peut motiver ses élèves, afin de les engager sérieusement dans une stratégie de classe inversée. 

 

Clarifier les attentes

Le modèle de classe inversée, ou tout environnement d’apprentissage actif, requiert que les élèves viennent en classe « préparés ». Mais que cela signifie-t-il réellement ? Comment juge-t-on le degré de préparation des élèves ? Pour la mise en place de la classe inversée, il est indispensable que l’enseignant précise ce qu’il entend par être préparer et quelles sont ses attentes de la part des élèves.  

Ainsi, lorsque l’on demande aux élèves de  « lire tel texte » ou de « venir en classe prêts à discuter de tel chapitre » qu’est-ce qu’on souhaite concrètement que ces derniers soient en mesure de faire ? Quelles informations seront utilisées en classe ? Comment le seront-elles ? Quels sont les détails importants ? Les élèves doivent-ils être en mesure de définir toute la terminologie du texte ou du chapitre pour l’utiliser dans le cadre d’une analyse ou d’une étude de cas pendant le cours ? Doivent-ils être en mesure de répondre à des questions de compréhension en classe ? Souhaite-t-on qu’ils soient en mesure de comparer deux points de vue afin d’organiser un débat en classe ?…

De nombreux enseignants utilisent la vidéo dans le cadre de la classe inversée. Dans ce cas, il ne suffit pas de demander aux élèves de « regarder la vidéo » et attendre d’eux qu’ils sachent rechercher et identifier ce qui est important ou de comprendre pourquoi une notion de la vidéo est essentielle.  

Au contraire il faut indiquer aux élèves ce qu’ils doivent faire tout en regardant la vidéo. Leur préciser ce dont ils vont avoir besoins pour répondre aux questions avant, pendant et après la vidéo. Il faut leur indiquer à quel moment ils doivent faire des pauses et quelles taches accomplir alors. Il faut leur expliquer si ils doivent prendre des notes, remplir une base de données d’informations, résoudre un problème soulevé dans le contenu proposé. Il faut aussi leur indiquer comment l’information exposée dans la vidéo les aidera à réussir les activités en classe. 

 

Responsabiliser les élèves

Une fois que l’on a défini ce que l’on attend précisément des élèves avant le cours, il faut pouvoir évaluer leur niveau d’implication et de réalisation et de déterminer la manière de les tenir mutuellement responsables de leur travail.

Pour cela, voici quelques exemples d’activités à intégrer dans le cadre d’une classe inversée, pour clarifier ce que l’on veut que les élèves soient capables de faire, connecter le travail préliminaire aux activités en classe et ainsi engager la responsabilité des élèves dans la bonne réalisation du travail à faire en dehors de la classe.  

« Billet d’entrée » : si on demande aux élèves de remplir une tâche dans le cadre du travail préparatoire,il faut faire en sorte qu’ils puissent apporter quelque chose avec eux en classe, qu’ils utiliseraient comme « billet d’entrée ». Par exemple, on peut demander aux élèves de préparer 3 ou 4 questions en rapport avec la vidéo qu’ils ont visionné ou le texte qu’ils ont lu, tout en indiquant la minute de la vidéo ou le paragraphe du texte qui a engendré la question. Après avoir collecté tous les billets, on les utilisent dans le cadre d’une activité en petits groupes ou pour initier une discussion en classe.  

“Choisir son camp” : cette activité est adaptée lorsque le travail en dehors de la classe comporte deux ou plusieurs points de vue, arguments ou des interprétations opposées d’un sujet lié à la matière du cours. Dans le cadre du travail préparatoire, les élèves doivent être en mesure de prendre position. Par exemple, si l’activité consiste à visionner des vidéos présentant les travaux différents de 2 chercheurs sur les cellules souches. L’enseignant prépare dans la classe 2 panneaux avec les noms des 2 chercheurs, chacun disposé d’un côté de la classe. Au moment de leur entrée en cours, il demande aux élèves d’inscrire leur nom sur le panneau du chercheur dont ils jugent qu’il a la meilleure argumentation (en bonus ceci peut être un moyen de contrôler les présences). 

« fiche antisèche » : Pour mettre en place cette activité, les élèves viennent en classe avec une « antisèche » qui sera leur seule source d’informations pour résoudre le problème posé. La préparation des « antisèches » peut permettre aux élèves de collaborer et de développer des fiches de groupe plutôt qu’individuelles. Ainsi, ils seront tenus pour responsables aussi bien en tant que membre du groupe, qu’individus. Cette activité peut parfaitement être associée avec celle du billet d’entrée.  

 

Ces différents outils pédagogiques combinent l’évaluation, la responsabilisation et l’apprentissage actif dans une expérience d’apprentissage centrée sur les élèves. La préparation des activités oblige l’enseignant à se poser les bonnes questions et à définir les orientations du travail préparatoire, de préciser ses attentes par rapport à ce travail en dehors de la classe et en quoi celui-ci aura de l’importance pour les activités en classe. Les élèves ont en effet besoin de comprendre la valeur du travail préparatoire sous peine de décrocher rapidement et de se rendre compte qu’ils peuvent se passer de la faire. 

 

Si vous utilisez d’autres outils, vous pouvez nous relater votre expérience en commentant cet article ou en nous mentionnant sur Facebook ou Twitter.   

 

Source : Ready to Flip: Three Ways to Hold Students Accountable for Pre-Class Work

 

Pour aller plus loin : 

Evernote, un outil pour la classe inversée

Enseignants, pourquoi ne pas essayer la classe inversée ?

Motiver les élèves en enseignant différemment

 

 

 

 

Commentaires

commentaires