Enseignants innovants, libérez-vous de Google (et de ses semblables…)

Enseignants innovants, libérez-vous de Google (et de ses semblables…)

Par 15 octobre 2016
FavoriteLoadingAjouter aux favoris

Il y a déjà quelques temps que vous avez intégré le club des enseignants innovants et que les TIC font partie intégrante de votre pédagogie. Certainement, vous utilisez de nombreuses solutions propriétaires pour préparer, animer et gérer vos cours. Ainsi, vous êtes un inconditionnel d’Evernote pour créer, conserver et partager notes, fichiers et images (comme nous vous l’avions conseillé d’ailleurs). Vous conversez sur Skype pour collaborer avec d’autres classes ou écoles et pour la gestion de votre relation pédagogique avec les élèves, vous faites sans doute appel aux outils de Google…Avec tous les risques que cela comprend en termes de confidentialité, de respect de la vie privé et d’utilisation par autrui de vos données personnelles.

Heureusement pour vous, il existe maintenant de nombreux logiciels gratuits (unbutu, open office…) et de multiples outils libres pour vous permettre de vous libérer de la tyrannie des solutions centralisées et parfois payantes (pour la plus part américaines d’ailleurs).

Depuis 2 ans, un groupe d’irréductibles libristes (comme ils aiment se définir) a lancé le projet farfelu de « dégoogliser Internet ». L’idée de départ de cette campagne est de proposer une alternative libre à chaque service proposé par les « GAFAM » (terme qui désigne les 5 grandes firmes américaines qui dominent le marché du numérique Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft).

 

 

Le collectif Framasoft souhaitait profiter de la prise de conscience du grand public par rapport à l’espionnage massif de nos données numériques par les géants du web américain. Aujourd’hui nos déplacements n’échappent plus à Google Maps, nos vidéos sont disséquées par Youtube (encore Google), nos mails sont scannés par Outlook (Microsoft), nos conversations sont suivies par Skype (encore Microsoft), nos fichiers sont scrutés par Evernote…Et pas un de nos mouvements sur le web n’échappe aux services de renseignements américains (Dixit Snowden).

Framasoft a simplement voulu prouver qu’il est possible d’échapper aux services privés américains, généralement centralisés, opaques et fermés, qui se servent de nos données pour mieux cibler les publicités et dont il est difficile de s’extraire en récupérant toutes ses données…Les développeurs de l’association tentent depuis 2 ans d’adapter ou de créer des services libres et ouverts, certes moins « beaux » et moins ergonomiques, parfois moins facile à manipuler, mais tout aussi efficace et mieux sécurisés. 

Ainsi, depuis sa création, Framasoft a lancé pas moins de 30 outils libres qui vont du service de prise de notes (framanotes) au service de conception de cartes mentales (framindmap) en passant par le stockage de documents (Framadrive) ou encore un outil de création de questionnaires en ligne (Framaforms).

Mieux encore, les développeurs du collectif ont réussi à mettre en œuvre un projet de serious game, Framinetest, similaire à Minecraft (dont nous avons déjà exposé l’intérêt pour l’enseignement) et qui offre de multiples possibilités pour mettre en place des projets pédagogiques (nous y reviendrons). Outre 6 nouveaux services lancés cette semaine, pour 2017, Framasoft a prévu de s’attaquer à deux gros géants du web : Youtube et twitter.

Alors si vous êtes membre du club des enseignants innovants et que vous souhaitez intégrer dans votre enseignement des solutions numériques sécurisées, voici quelques outils libres développés par le collectif Framasoft :

Framindmap : cartes heuristiques

Framadrive : stockages et documents collaboratifs

 Framacalc : tableur collaboratif

Framanotes ; prises et partage de notes

Framemo : organisation d’idées

Framatalk : vidéo conférences

 

Découvrez tous les services libres et ouverts proposés par Framasoft 

 

Pour aller plus loin :

Un moteur de recherche pour enfants, véritable alternative à Google

Bien utiliser Wikipédia en classe

comment les jeunes doivent-ils utiliser internet

 

 

 

Commentaires

commentaires