Approfondir l’apprentissage avec les appareils mobiles des élèves

Approfondir l’apprentissage avec les appareils mobiles des élèves

Par 31 octobre 2016
FavoriteLoadingAjouter aux favoris
  •  

Interdire les appareils mobiles des élèves en classe ? Voici la règle que se fixent nombre d’enseignants pour retenir toute l’attention des élèves (ce qui est déjà avouer à demi-mot le faible intérêt de son cours).  Mais au lieu de se démener contre vents et marées, pourquoi ne ne pas réfléchir plutôt à tirer profit de ces outils et intégrer les appareils mobiles personnels dans son processus pédagogique ?  

Comme nous l’expliquions dans un précèdent article, il n’est pas toujours évident de disposer des outils adéquats et en nombre suffisant dans son établissement scolaire. C’est pour cela qu’il serait judicieux d’essayer de mettre en place, au niveau de sa classe, une infrastructure BYOD, ( « Bring Your Own Device » ou AVAN en français pour « Apportez Votre Appareil Numérique ») et se permettre  d’utiliser les propres appareils mobiles des élèves (qu’ils ont généralement toujours à portée de main) comme outils d’enseignement.

La question qui se pose alors est de savoir comment s’assurer que l’utilisation de ses appareils personnels des élèves peut mener à un apprentissage plus approfondi, tout en favorisant l’apprentissage en dehors des heures de classe.

Pour vous aider, voici 5 moyens pour vous guider dans cette pratique en faisant de votre classe un espace BYOD.

 
Développer la culture de recherche

Développer une culture de la recherche auprès des élèves passe d’abord par une stimulation de leur intérêt et de leur curiosité, tout en les amenant à rechercher par leurs propres moyens des réponses à leurs questions sur des problématiques complexes. L’utilisation des appareils mobiles en classe permettrait aux élèves d’effectuer leurs recherches directement dans le cadre du cours (et pas forcément d’attendre leur retour à la maison pour approfondir leur connaissance).  

Lorsqu’un élève pose une question sur la signification d’un terme, vous pouvez l’inviter à effectuer une recherche web par lui-même (conseillez pour cela un moteur de recherche adapté à son âge) et de faire part à la classe de ses découvertes. Néanmoins soyez préparer à ce que cette démarche engendre des questions de plus en plus complexes et soyez préparer à sortir un peu du cadre de votre leçon du jour.  

L’utilisation des appareils mobiles devrait ainsi amener les élèves à complexifier leurs questions sur les contenus couverts en classe. Vous pouvez dans ce sens leur demander de documenter leurs demandes et les amener améliorer la qualité de leurs interventions.

 

 
S’organiser et collaborer avec ses pairs

Pour nous adultes, les appareils mobiles nous offrent une meilleure connectivité à notre environnement et une communication plus fluide avec nos collègues : e-mails, messageries instantanées, SMS… Il en va de même dans le monde de l’enseignement. Aujourd’hui les outils numériques permettent aux élèves de garder un contact « continu » avec la classe et leur environnement éducatif, d’organiser leurs travaux, de mettre en œuvre leurs projets scolaires et de collaborer de manière plus fluide entre eux.

Cependant, même si de nombreux  enseignants disposent de compétences en matière de « citoyenneté numérique », ils peuvent se sentir mal à l’aise au moment de communiquer avec  leurs élèves à travers des outils numériques personnels (beaucoup d’entre vous rechignent à accepter leurs élèves en tant qu’amis Facebook). Heureusement, ils peuvent tirer parti de leur environnement numérique pour faciliter la communication avec les apprenants, tout en gardant une attitude professionnelle.  

Ainsi la relation avec les élèves peut se faire à travers des applications spécifiques (Framapad, Evernote…), plutôt que par l’utilisation du mail ou du SMS (beaucoup plus personnel). Ainsi, il existe de nombreux outils qui permettent de garder le contact avec les élèves, de leur permettre de s’organiser, de collaborer et de partager des projets…

 
Garder les élèves engagés avec un feedback en temps réel.

Lors de la dernière conférence sur l’éducation à laquelle vous avez participé, sans doute avez-vous été surpris de voir plus de gens les yeux rivés sur leur smartphones que de personnes regardant le conférencier. Sans être impolis, ils devaient sans doute être scotchés sur le flux Twitter de l’évènement pour interagir avec les différentes questions et remarques que suscitait l’intervention.

Imaginez maintenant que dans votre salle de classe, il soit possible de recevoir un feedback en temps réel lors de chacune de vos présentations et de garder vos élèves engagés dans l’apprentissage. Même si l’utilisation des réseaux sociaux est conditionnée par un âge légal minimal, ou fait l’objet d’une interdiction de votre hiérarchie, il existe de nombreuses applications synchrones permettant de favoriser l’engagement des apprenants.  

Par exemple, de nombreux sites de sondages permettent aux enseignants de poser des questions à leurs étudiants pendant les présentations, les démonstrations ou les conférences. Les réponses peuvent même être affichées directement via une vidéo projection, ce qui permet de créer un débat au sein de la classe. 

 
Structurer et illustrer leurs idées  

Parfois les bonnes idées, les meilleures réflexions surgissent par hasard et rarement lorsque vous êtes attelés à les chercher. Souvent le fameux « Eurêka ! » surgit lorsqu’on est passé à une tache autre que celle pour lequel il était programmé.

Pour vos élèves, c’est la même chose. Alors qu’ils sont en train de plancher sur une problématique compliquée de mathématique, leur surgit une idée en rapport avec la dernière leçon d’histoire.  

Et comme cela tombe à pic, leurs appareils mobiles disposent d’applications leur permettant d’écrire leurs pensées, de formuler leurs idées et même de capturer des photos et de télécharger des images. Initier les élèves à cette démarche de prise de notes, permet de les garder concernés et de leur permettre de « décloisonner leur apprentissage ». 

 
Documenter et débriefer un travail de terrain

Lors de sorties scolaires, ou de travail de terrain, les appareils mobiles permettent aux élèves de collecter des données, prendre des photos et partager leurs découvertes avec leurs pairs (ou d’autres classes).

De nombreux outils permettent aujourd’hui, de documenter des travaux réalisés en dehors de la classe, tout en gardant l’accès privé et réservé à certaines personnes. Cela peut aller du Groupe fermé Facebook, au site dédié à la classe avec accès réservé aux seuls membres.

Ces outils permettent aux élèves, de manière simple, de débriefer leurs diverses expériences et d’échanger avec leurs camarades de classe. Diffuser un album photo, commenter les divers publications, poser des questions, deviennent alors des tâches courantes et intuitives.

Les technologies aux quelles vont être confrontés nos élèves (déjà considérés comme des « Digital Natives ») dans les prochaines décennies auront des attributions bien au-delà de tout ce que l’on peut actuellement imaginer. En tant qu’enseignant, même pour les plus geek d’entre nous, il est difficile de prévoir les futures tendances du numérique (pas seulement en éducation). Notre rôle doit être de transmettre et de favoriser l’acquisition des compétences de base pour que nos élèves puissent tirer profit des futures  technologies. La simple utilisation des appareils personnels des élèves en classe peut leur fournir les notions importantes pour faire face aux grands défis technologiques qui se profilent…

 

 

 

 

Commentaires

commentaires